Demandez le programme !

2 février 2022
Alors que l’'information sur la Covid-19 s'est retrouvée en une de l'actualité 306 jours sur 365 en 2020 et que jamais, depuis la Seconde guerre mondiale, un sujet n'avait si souvent occupé la première page des informations…

Alors que la crise sanitaire a été le triste révélateur d’une énorme défaillance de notre système de santé notamment hospitalier qui, par manque cruel de personnel, souffre d’une saturation rapide des services de réanimation, et enregistre des déprogrammations massives d’interventions chirurgicales…

Alors que la « médecine de ville » traverse une grave crise qui révèle que les jeunes entrants hésitent de plus en plus à s’engager dans l’exercice libéral en perte d’attractivité…

Alors que selon la dernière étude IPSOS du 22 janvier, le « système de santé » est la seconde préoccupation des Français (32 %) après le pouvoir d’achat et devant l’écologie ou l’immigration…

Alors que nous sommes en campagne présidentielle, période la plus propice aux réflexions, aux confrontations des projets et de visions pour l’avenir… Nous sommes, à 70 jours du premier tour de cette élection, toujours dans l’attente d’un programme politique cohérent et crédible tant pour la santé des citoyens, que pour celles et ceux dont la mission est de soigner.

Toujours dans l'attente d'un programme politique cohérent et crédible

Les sujets sont pourtant nombreux :

  • démographie médicale avec la problématique majeure des déserts médicaux et de l’accès aux soins, et les incidences en termes de gestion des urgences,
  • tarification et modes de rémunération,
  • exercice coordonné pluriprofessionnel,
  • multiplication anarchique des centres de santé,
  • sans oublier les moyens alloués à la formation des étudiants encore trop insuffisants pour que nos universités rivalisent avec leurs homologues européens…

C’est pourquoi depuis plusieurs semaines, les CDF vont à la rencontre des hommes et femmes politiques pour leur expliquer nos propositions réalistes qui permettront l’amélioration de la prise en charge de la population sur l’ensemble du territoire.

Mais au-delà de ces rencontres, de l’écoute et de l’attention que nous suscitons, nous ne sommes pas dupes : « les promesses n’engageant que ceux qui les écoutent », une fois les scrutins passés, il faudra gérer le « après présidentielle et législatives ».

Alors, comme toujours, nous repartirons à l’assaut pour rappeler aux futurs élus leurs engagements d’avant…

 

Doniphan HAMMER 1er vice-président