Les Chirurgiens-Dentistes de France se prononcent « pour » signer l’avenant 3 à la convention dentaire

26 novembre 2019
Un an de négociations pour parvenir à un accord ! C’est presque à l’unanimité que, le 25 novembre 2019, les Chirurgiens-Dentistes de France se sont prononcés en faveur de la signature de l’avenant n° 3 à la Convention Dentaire.

CP AvenantCet avenant 3 était pourtant loin de faire consensus il y encore quelques semaines, car les conditions fixées par les CDF n’étaient pas remplies.

Concernant le nouveau devis conventionnel, les CDF ont réussi à obtenir une simplification et une aide au remplissage, une définition de l’alternative thérapeutique qui ne se résume pas au seul critère économique et une possibilité de mentionner le fait que le praticien ne réalise pas certains actes.

Autre mesure phare de cet avenant, pour la première fois dans une convention, des plafonds sont indexés sur les charges du cabinet et c’est la méthode de calcul proposée par les CDF qui a été retenue par le Directeur de l’UNCAM.

Concernant les patients à handicap lourd, c’est unanimement que fut salué l’ensemble des mesures permettant de soigner ces patients dans les structures libérales de ville. Mais cela manquait de précision, tant sur les critères d’éligibilité que sur les majorations de la consultation et lors des EBD, ainsi que sur le supplément en cas d’actes réalisés en plusieurs séances. Cet avenant apporte des solutions claires sur tous ces points.

Enfin, les CDF ont obtenu que des dispositions inscrites dans l’avenant n°7 à la convention des médecins soient aussi applicables aux chirurgiens-dentistes. Cette mesure, qui instaure un supplément de 125 € pour l’acte d’avulsions de 4 troisièmes molaires retenues ou à l’état de germe réalisé sous anesthésie locale en ambulatoire, était une demande forte de la confédération depuis 2012. Cette équité de traitement avec les médecins pratiquant les mêmes actes a été reconnue.

Sur tous ces points, les syndicats signataires se sont battus pour obtenir des garanties et faire évoluer dans le bon sens le texte conventionnel. C’est en unissant leurs compétences qu’ils ont rendu cet accord possible.

Ils ont démontré que la détermination à ne rien lâcher, la persévérance et la pertinence des arguments, font davantage avancer les dossiers que la posture de la chaise vide et la critique aveugle et stérile sur les réseaux sociaux.