Nous aussi contre le VIH !

26 novembre 2019
Le 1er décembre sera célébrée la Journée mondiale de lutte contre le sida. Cette maladie occupe une place à part dans le champ sociétal et médical (...)

Doniphan Hammer40 millions de morts depuis le début de l’épidémie, 1,2 million de morts par an dans le monde, plus de 6 000 découvertes de séropositivité chaque année en France, sans oublier la diminution des campagnes de prévention… Voici des faits qui justifient non seulement l’importance, depuis plus de 30 ans, de poursuivre le combat contre cette maladie, mais aussi de donner à cette Journée mondiale de mobilisation un écho particulier. C’est l’occasion pour les acteurs de la lutte contre le sida et les professionnels de santé de partager les toutes dernières informations sur le VIH, ainsi que les avancées scientifiquement avérées.

Plus de 35 ans après la découverte du virus, le visage de l’épidémie a changé. Vivre avec le VIH ne représente plus la même réalité quotidienne. La prévention a évolué. Des progrès tangibles ont eu lieu, même s’ils n’ont pas bénéficié de la diffusion qu’ils méritent. Aujourd’hui, pour se protéger et protéger l’autre de l’infection, il existe plusieurs outils dont l’efficacité a été prouvée : préservatif, dépistage, TPE (traitement post-exposition), PrEP (prophylaxie pré-exposition), TasP (« treatment as prevention »).

Mais quid des chirurgiens-dentistes, acteurs de santé publique, dans le suivi de ces évolutions ?

Mais quid des chirurgiens-dentistes, acteurs de santé publique, dans le suivi de ces évolutions ? Connaissons-nous tous ces nouveaux traitements ? Quels regards les patients et les associations de prévention portent-ils sur notre profession quand on sait qu’il existe encore des refus de soins ou des protocoles inappropriés ?

Il nous appartient de connaître les différentes stratégies préventives et de nous adapter à la diversité des situations ainsi qu’aux personnes concernées. La mise à jour de nos connaissances, dans le champ du VIH/sida est primordiale et indispensable, car la lutte contre ce fléau commence par une formation médicale pertinente et actualisée.

Même si les très grands progrès en matière de traitement, de prévention et d’accès aux soins nous permettent aujourd’hui d’envisager un jour que l’épidémie soit endiguée, le « chantier » reste immense. Cet objectif ne pourra être atteint que si pouvoirs publics, associations et professionnels de santé restent toujours en éveil, mobilisés, et travaillent ensemble.

Doniphan HAMMER
1er vice-président