Et voguent les CDF

11 janvier 2024
Souvent parle-t-on de la « maison » CDF… Mais pour cette assemblée générale du 15 décembre dernier, le terme de « navire » eut sans doute été plus approprié car les représentants départementaux, au nombre de cent, ont été accueillis sur la péniche Boticelli. À l’ombre de la Tour Eiffel, ils ont vu se succéder à la barre, le président du Congrès, Rémi Marchand, le secrétaire général, Alain Vallory et la trésorière générale, Sonia Vérot. Invités à se prononcer sur l’activité de l’année écoulée et la maîtrise du budget, ils ont approuvé à une large majorité les carnets de route présentés !

En application du protocole statutaire, Rémi Marchand, Président du Congrès, a ouvert la séance, donnant à son allocution une tonalité particulière avec un hommage à la fois rétrospectif et prospectif aux femmes qui ont fait, font aujourd’hui et feront demain les CDF. Alain Vallory, Secrétaire général, a ensuite présenté l’ensemble de l’activité de l’année écoulée avec trois images résumant cette année 2023. Trois évènements uniques qui ont en commun de marquer des étapes importantes de la vie confédérale.

Alain VallorySignature négociée

Il s’agissait en premier lieu de la signature de la Convention nationale des chirurgiens-dentistes qui engage l’Assurance maladie, les complémentaires et la profession pour les 5 années à venir. Ce nouveau texte confirme la logique de la convention précédente, décriée à son origine mais qui a largement fait ses preuves en protégeant et développant l’activité dentaire. Dans cette nouvelle version, la priorité est notamment donnée à la prévention primaire avec une approche populationnelle en fonction de tranches d’âges déterminées ou de ciblages particuliers. Signée le 21 juillet 2023 par l’Unocam et pour la première fois par les deux syndicats représentatifs, elle a été publiée au Journal officiel le 25 août 2023. L’ensemble des mesures qu’elle comporte se déploieront après un délai minimum de 6 mois après publication, c’est-à-dire à compter de fin février 2024, puis les années suivantes, tandis que plusieurs groupes de travail thématiques avec l’Unocam sont déjà programmés.

Événement à succès

Dans un tout autre registre, une autre image de l’année écoulée est un évènement totalement nouveau et inédit, une formation portant le nom de « La Belle Équipe », et qui a rassemblé plus de 200 participants, praticiens et assistants dentaires, en septembre dernier à Pont-Royal en Provence. Les relations internes, le management et l’organisation au sein des cabinets dentaires étaient au centre de toutes les interventions pour cette formation en équipe, organisée grâce à un partenariat entre CDF Formations et Binhas Global Dental School, placé sous la houlette des CDF.

Gageons que le succès de cette première session se prolongera en 2024 lors des 6 dates consacrées aux approfondissements qui se dérouleront au siège confédéral. La « belle équipe » est un sujet d’actualité à l’heure où le canevas des études des assistantes dentaires de niveau 2 est discuté au plus haut niveau !

Sang neuf

Autre évènement d’importance de 2023, le séminaire de formation des cadres. Il a réuni 34 participants cadres, en fonction ou en devenir, venus de 19 départements différents. Porteuse d’avenir pour les CDF, cette formation crée tout à la fois un vivier pour la dynamique confédérale et une promotion de praticiens soudés pour s’engager. Réunis une première fois près de Toulouse en janvier, l’ensemble des participants s’est retrouvé en juin pour poursuivre les travaux engagés. Ce sang neuf dans le management confédéral irrigue de nouvelles idées pour l'activité départementale et nationale et fortifie ainsi la pertinence des CDF dans la défense de la profession.

Au travers de ces trois images, on comprend à quel point cette année 2023 ne fut pas uniquement conventionnelle, mais bien singulière et déterminante pour l’avenir. Mais 2024 ne sera pas en reste avec des travaux conventionnels à poursuivre, une présence politique toujours plus forte, des événements nationaux et départementaux portés par des cadres toujours plus engagés et motivés ainsi que des services et des partenariats encore plus adaptés à l’exercice professionnel… La maison CDF a des fondations solides et le navire CDF continuera donc à fendre les flots, armé d’un équipage résolu.

Par Alain Vallory, Secrétaire général

 

Contre vents et marées

 

Sonia VérotDerrière chaque chiffre comptable se cache une action au bénéfice des adhérents. La présentation du budget passé et prévisionnel, réalisée par Sonia Vérot, trésorière générale, a révélé combien la ligne de crête entre investir et thésauriser était fine ! Le principe reste donc toujours la recherche d’un équilibre qui ne doit pas freiner l’activité confédérale et la défense de la profession.

L’exercice des CDF de cette année est déficitaire ! Cette annonce qui fit frissonner l’assistance de l’assemblé générale a rapidement été tempérée par les explications comptables de la trésorière générale, Sonia Vérot. Certes, une diminution multifactorielle des produits doit amener à réfléchir sur la pertinence des dépenses et des investissements, ainsi que sur de nouvelles sources de revenus. Mais, au déficit de 180 000 euros annoncé, il est de bonne logique de retrancher les 250 000 € de charge comptable correspondant à l’amortissement de l’achat de l’immeuble du 54 rue Ampère, entièrement payé depuis longtemps, et dont la valeur ne cesse d’augmenter. De surcroît, les réserves restent importantes et fluctuent au rythme de la bourse.

Plus nombreux…

L’important réside dans la diminution de la perte du nombre d’adhérents qui passe à 2,7 % contre 5 % l’année précédente. Une fois déduits les légitimes départs à la retraite et malheureux décès, ce faible pourcentage révèle a contrario le dynamisme des CDF tant en matière de nouvelles syndicalisations que de fidélisation. Par ailleurs, en 2024, le traité d’association signé en fin d’année avec le SFSO (syndicat français des spécialistes en orthodontie) devrait non seulement grossir les rangs des CDF mais de facto, assurer une représentativité plus grande à la confédération. En effet, cet accord gagnant/gagnant permet non seulement d’associer la voix des orthodontistes à celle des omnipraticiens mais surtout de porter aux autorités de tutelle un discours structuré qui tient compte des spécificités de chacun.

Le sens de la dépense

Le rêve d’annoncer une année 2024 de luxe, calme et volupté n’est pas de règle en comptabilité. La maîtrise des dépenses restera donc de mise afin de maintenir la bonne santé financière de la maison CDF, santé indispensable pour assurer la défense de la profession. C’est le rôle dévolu à l’équipe de la trésorerie générale, rôle qu’elle assure avec un sérieux « arithmétique » mais consciente des enjeux auxquels les CDF font face. C’est le même esprit qui anime l’ensemble des équipes confédérales pour faire fonctionner la maison « CDF » au service de ses adhérents.

Par Sonia Vérot, Trésorière générale

 

Lever de rideauRémi Marchand

C’est un peu le rôle du président du Congrès de radoter à l’occasion de l’assemblée générale. C’est ce que j’ai fait en insistant sur l’importance de la syndicalisation dans la défense et la sauvegarde de la profession et en mettant en garde sur la concurrence que les réseaux sociaux font aux CDF et à tous les syndicats. Les réseaux sociaux sont au syndicalisme ce que les low-costs sont à notre exercice, une plaie ouverte qui fait tout pour ne pas cicatriser. 

Mais c’est aussi sur l’avenir que j’ai voulu attirer l’attention de tous, en mettant en évidence l’arrivée massive de praticiens à diplôme étranger qu’il faut recruter, accompagner et former à l’exercice en France pour des raisons à la fois d’unité de la profession et de santé publique. 

Mais, foin du passé et de l’avenir, il faut aussi miser sur le présent et en particulier sur nos consoeurs qui constituent déjà la majorité des entrants dans la profession. Leur implication dans notre syndicat est un gage de pérennité. C’est pourquoi j’ai voulu leur rendre hommage avec la projection d’un album de portraits, véritable clin d’oeil photographique à leur implication incontournable. 

J’ai aussi eu l’honneur au cours de cette assemblée générale de présider à l’approbation de l’adhésion aux CDF d’un syndicat départemental, à la fois historique et nouveau, les CDF 64, syndicat unifié des Pyrénées-Atlantiques. 

Bref, une belle après-midi, pleine de souvenirs et de projets qui s’est conclue par l’approbation massive des rapports du Secrétaire général et de la Trésorière générale

Par Rémi Marchand, Président du Congrès