Les CDF proposent une nouvelle fois de participer à l’effort de vaccination

10 février 2021
Alors que les variants sud-africains et brésiliens commencent à se propager sur notre territoire, que l’on parle de plus en plus du variant britannique à forte contagiosité, alors que la distribution du vaccin anti-COVID d'AstraZeneca en France a débuté samedi 6 février, les Chirurgiens-Dentistes de France (Les CDF) réitèrent leur offre faite dès le début du mois de janvier : permettre aux chirurgiens-dentistes de participer à la campagne de vaccination, rejoignant ainsi l’effort collectif des professionnels de santé contre cette épidémie.

cp communiqué

Après un démarrage laborieux, la campagne de vaccination contre le COVID-19, initiée le 27 décembre 2020, s’accélère avec l’entrée en action d’un troisième vaccin. Suivant les recommandations de la Haute Autorité de Santé, ce nouveau vaccin devra être administré en priorité au personnel soignant dans un premier temps, puis aux personnes âgées de 50 à 64 ans, selon des facteurs de comorbidité.

Contrairement aux deux premiers vaccins autorisés en France, utilisant la technologie « à ARN messager », le vaccin d’AstraZeneca est un vaccin à base d’adénovirus. Présentant l’avantage d’être transporté et conservé beaucoup plus facilement que les deux premiers, il pourra être administré par les médecins de ville et les pharmaciens. 
Alors que la première phase de vaccination a été ralentie en raison de pénurie de personnel dans les hôpitaux, les CDF proposent au Gouvernement que les chirurgiens-dentistes soient associés à la campagne de vaccination aux côtés des autres soignants, pour ne pas prendre une nouvelle fois de retard dans la lutte contre cette épidémie.
 

Elsa Carneiro
06 30 34 26 19