Jacques Wemaere à la présidence du CNP-CD

10 juin 2022
Le Conseil national professionnel des chirurgiens-dentistes a élu, le 12 mai, son nouveau président : le Dr Jacques Wemaere, représentant ADF, adhérent des CDF et président de l’URPS Nouvelle-Aquitaine.

Omnipraticien de 43 ans, il succède à Jean-Patrick Druo et engagera le CNP-CD avec ceux des sept autres professions de santé, dans la mise en place de la certification périodique et la création d’un référentiel de formation commun.

wemaere

CDF Mag : Qu’est-ce qui vous a conduit à briguer le poste de président du Conseil national professionnel des chirurgiens-dentistes (CNP-CD) ?

  • Jacques Wemaere : Le CNP-CD, c’est le pluralisme. Il fédère autour d’une même table tous les acteurs de la profession, des syndicats aux sociétés savantes en passant par l’Académie nationale de chirurgie-dentaire et l’Ordre. C’est très stimulant de pouvoir réunir toutes les tendances professionnelles autour d’une table et de parvenir à porter une seule voix. La collégialité est une manière de travailler que j’affectionne particulièrement et que j’appréhende déjà en tant que président de l’URPS Nouvelle Aquitaine. Le cadre du CNP permet également de travailler avec les autres disciplines médicales. Cette approche « pluriprofessionnelle » est, à mon sens, extrêmement intéressante. Car le chirurgien-dentiste est parfois encore vu comme un professionnel « à part » alors que nous sommes des professionnels de santé de premier recours. Le CNP est aussi un lieu de réflexion sur la place du chirurgien-dentiste dans le paysage de la santé.  

CDF Mag : Le 12 mai, le décret installant le Conseil national de la certification périodique a été publié. Quel sera le rôle du CNP-CD dans la mise en place de ce nouveau dispositif de validation des compétences ?

  • J. W. : Nous allons travailler de concert avec les CNP des sept professions de santé concernées* et les autorités compétentes afin de créer un référentiel de formation commun autour d’actions permettant l’amélioration des compétences, des connaissances et de la relation patient, un renforcement de la qualité des pratiques et un meilleur suivi de la santé personnelle des praticiens. Tout est à construire. Une première réunion de cadrage a eu lieu le 8 juin sous l’égide de la Haute Autorité de santé. L’accompagnement de la mise en place de la certification périodique sera donc notre mission prioritaire. Acquérir du savoir est une chose, le mettre en pratique en est une autre. Jusqu’à présent, rien ne permettait réellement d’évaluer cela. La formation n’est pas qu’une acquisition de connaissances. 

 

Retrouvez l'intégralité de cet interview dans le CDF Mag n°1985 du 9 juin 2022 depuis votre espace abonné